Déployer OpenShift 4.6 en cinq minutes sur votre propre ordinateur portable ou serveur

Peut-être l’un des défis dans l’apprentissage de Red Hat OpenShift est d’avoir un bon environnement de test pour bien comprendre la plate-forme, être en mesure de déployer des applications de test, et être phesible à la fois avec l’interface graphique et la ligne de commande. Bien qu’un cluster minimal commençant par OpenShift version 4 nécessite au moins 6 nœuds, il existe un système tout-en-un appelé Red Hat CodeReady Containers. Il comprend un cluster minimum de la dernière version OpenShift 4 avec une série de paramètres à travailler sur une seule machine virtuelle que nous pouvons déployer sur nos serveurs de test, ou même sur votre propre ordinateur portable. Bien qu’il s’agisse d’un projet destiné principalement aux développeurs de logiciels, mais qui nous sert parfaitement, d’apprendre à configurer et à gérer cette plate-forme.

Quelles autres différences existent?

  • Il n’y a qu’un seul nœud, qui agit comme « maître » et « travailleur » à la fois. Vous verrez beaucoup de messages « vertit », mais ce n’est pas un problème.
  • Les opérateurs Kubernetes sont désactivés. Surveillance également pour économiser des ressources.
  • Impossible de mettre à niveau vers de nouvelles versions d’OpenShift. Bien que ce ne soit pas un problème parce que nous pouvons télécharger et exécuter les nouvelles versions de cette machine virtuelle que Red Hat publie régulièrement.
  • C’est un environnement qui doit être recréé de temps en temps. Red Hat recommande de le faire une fois par mois, mais dans notre expérience pratique, tous les deux ou trois jours d’utilisation, il devient plus lent et plus lent et doit être détruit et recréé.
  • Comme il fonctionne à l’intérieur d’une machine virtuelle, il peut être à nous de faire quelques paramètres de réseau supplémentaires à la main.

Quelles sont les exigences HW et SW?

  • Dernière version de Red Hat ou Centos 7.X ou 8.X. Nous préférons Centos car la configuration est plus rapide.
  • 4 processeurs virtuels (vPPU)
  • 8 Go de RAM
  • 35 Go d’espace disque.

Si rien de tout cela n’est un problème pour vous, vous
pouvez télécharger l’image
ici. Veuillez noter que vous avez besoin d’un compte de développeur Red Hat (gratuit).

Vous verrez qu’en plus de sélectionner le système d’exploitation (il y a une image pour chaque type d’Hypervisor), il y a aussi un «secret», c’est encore une sorte de clé-licence, qui nous demandera lors de la création de l’environnement virtuel. Ne le téléchargez pas,mais notez le «tirer secret» dans un bloc-notes ou similaire.

Si nous déployons l’environnement sur Red Hat Linux, nous devrons exécuter ces deux commandes pour installer et activer le NetworkManager :

$ su -c ‘yum installer NetworkManager’

$ su -c ‘sytemctl start NetowrkManager’

Nous allons également ajouter un utilisateur non-administrateur avec des autorisations sudo, essentiels pour que tout fonctionne correctement.

$ useradd crc

$ passwd crc

$ vi /etc/sudoers

Autoriser la racine à exécuter n’importe quelle commande n’importe où

racine ALL(ALL) ALL

crc ALL(ALL) ALL

Avec cet utilisateur, nous téléchargerons des conteneurs prêts à code et lancerons le configurateur d’environnement.

$ su – crc

$ cd /home/crc/

$wget https://mirror.openshift.com/pub/openshift-v4/clients/crc/latest/crc-linux-amd64.tar.xz

$ tar -xvf crc*.xz

$ mv crc-linux-1.xxx-amd64/* /home/crc/bin/

$ configuration crc

Ce dernier est une astuce nécessaire pour DNS de travailler correctement

$ crc démarrer -n ‘8.8.8’

Après quelques minutes, vous devriez voir ce message.

Pour accéder au cluster, consignez d’abord votre environnement en suivant les instructions ‘crc oc-env’.

Ensuite, vous pouvez y accéder en exécutant ‘oc login -u développeur-p développeur https://api.crc.testing:6443’.

Pour vous connecter en tant qu’administrateur, exécutez ‘oc login -u kubeadmin -p dpDFV-xamBW-kKAk3-Fi6Lg https://api.crc.testing:6443‘.

Vous devez configurer un certain nombre de variables d’environnement

$ eval $(crc oc-env)

Vous pouvez maintenant vous inscrire en tant qu’administrateur :

$ oc login -u kubeadmin -p dpDFV-xamBW-kKAk3-Fi6Lg https://api.crc.testing:6443

.. ou en tant que développeur :

$ oc login -u développeur -p développeur https://api.crc.testing:6443

Si vous n’avez pas d’environnement graphique installé sur ce serveur, vous ne pourrez pas accéder à l’environnement Web (via la console crc),mais vous pouvez utiliser Firefox sur n’importe quel autre système où vous avez installé Linux.

Vous devez copier le contenu de /etc/hosts à partir du serveur où vous avez installé OpenShift à la fin de votre fichier local /etc/hosts

Ensuite, vous devrez ouvrir un VPN via ssh à partir d’un environnement de bureau comme Ubuntu vers le serveur où vous avez déployé OpenShift

$ sudo apt-get installer sshuttle

$ sudo sshuttle -r root@remote-server-ip -x remote-server-ip 0.0.0.0/0 -vv

Et maintenant, si vous ouvrez votre navigateur et accédez à https://console-openshift-console. crc.testing vous verrez l’interface graphique

 

Si vous avez besoin d’en savoir plus, nous avons des cours pratiques de Docker et kubernetes et OpenShift. Contactez-nous sans obligation.